L’art de filmer un blob

Accueil / Carnet de Labo / L’art de filmer un blob

Vous voulez filmer votre blob ? Quelle belle idée !

Vous vous imaginez déjà à plat ventre dans une forêt luxuriante en tenue d’explorateur, enregistrant des images dignes des plus beaux reportages de National Geographic… De plus, quoi de mieux qu’une belle vidéo pour rendre compte d’une expérience sur le comportement ?

Mais avant d’en arriver là, vous allez très vite vous confronter à deux problèmes majeurs:

  • L’aversion du blob pour la lumière: être de l’ombre, le blob se concilie naturellement peu avec la lumière des objectifs. Comment dévoiler une star si on ne peut l’exposer aux feux de la rampe?
  • La lenteur du phénomène observé: vous le savez, le blob n’est pas un rapide… à notre échelle en tout cas. Comment enregistrer les mouvements d’un organisme qui ne se déplace que de un à quatre centimètres par heure? Le filmer pendant des heures, voir des jours vous obligerait à stocker un nombre de données colossales. A terme, c’est la mémoire de votre téléphone puis de votre ordinateur que vous allez saturer. La technique parait peu optimale.

La solution?

Pour bien filmer un blob : le time lapse

Time lapse: Effet d’ultra accéléré réalisé image par image sur des durées plus longues. Technique caractéristique de l’animation, mais aussi technique de base de la photographie.

Wikitionnaire

Autrement dit, le time lapse vous donne la capacité d’observer en vitesse accélérée des phénomènes évoluant relativement lentement en compilant des images prises à des intervalles régulier dans le temps.

Voilà de quoi désengorger votre mémoire !

Aujourd’hui connu par la plupart, le time lapse est également devenu très accessible, pour peu que vous ayez un smartphone. Il existe plusieurs applications qui vous proposent de programmer votre time lapse en quelques minutes. Ensuite, il n’y a plus qu’à laisser le filmer se faire tout seul ! Sympa, non ? 😉

Entrer dans un nouvel univers

Un time lapse de qualité vous permet de voir avec fluidité ce qui est ordinairement invisible. Observer les comportements d’un organisme qui paraissait jusque-là inerte, prend des tournures magiques. L’organisme devient pleinement vivant à vos yeux. De nombreuses particularités, que vous n’étiez pas en mesure de remarquer jusque là, vous titillent maintenant les yeux.

Cela vous confère d’ailleurs une excellente base d’inspiration pour vous donner de nouvelles idées d’hypothèses à tester…

Motivé ? Alors, comment s’y prendre ?

 

Première option : aller à l’essentiel

La première option que je vous propose est la plus simple, elle ne vous demande aucun investissement de temps ni d’argent. En quelques minutes vous pouvez commencer vos enregistrement : il s’agit d’utiliser une application gratuite pour faire votre time lapse. Vous pourrez rapidement obtenir un résultat assez excitant: une vidéo de votre blob en action !

C’est une solution qui fonctionne tout à fait si vous avez l’objectif de filmer votre blob pendant une expérience. L’aspect « informatif » de la vidéo vous permet d’en tirer des données (comme par exemple: le temps nécessaire pour atteindre une source de nourriture, le taux de croissance du blob en 24 h …). Bien géré, vous pouvez même en tirer de belles images pour créer votre propre reportage sur le blob.

D’ailleurs, l’intégralité des images de la vidéo en page d’accueil sur ce site ont été réalisées avec cette simple technique. Vous pouvez constater que la qualité est très satisfaisante au vu du peu de moyen nécessaire pour les obtenir: un smartphone, une appli gratuite et un petit « plus », dont je vais vous parler plus bas.

D’abord l’appli :

Parmi les applications existantes, j’ai testé Frame Lapse. Cette application vous permet de régler différents paramètres, comme :

  • le temps que doit durer le phénomène que vous souhaitez enregistrer (et donc la prise de vos photos).
  • L’intervalle entre chaque prise de photo (à adapter en fonction de la rapidité d’évolution du phénomène, un phénomène lent demandera moins de photos par heure qu’un phénomène rapide). En fonction de votre choix vous obtiendrez un rendu plus ou moins fluide.Par exemple, si vous décidez de filmer le mouvement d’oscillation du blob, le mouvement étant relativement « rapide », pour avoir un rendu fluide nous vous conseillons de régler l’application à 1 images toutes les 20 secondes. Si par contre vous filmez l’expansion du blob et son déplacement dans la boite, une photo par minute fera tout à fait l’affaire.

L’application est plutôt agréable d’utilisation car elle vous aiguille de manière intuitive grâce aux paramétrages simplifiés. C’est à dire qu’il vous suffit d’entrer quelques données pour que les autres soient automatiquement calculées à partir de ce que vous avez demandé. Une fois que vous vous sentez tout à fait à l’aise avec le processus, l’appli vous permet, bien entendu, de procéder à des paramétrages plus pointus et personnalisés.

Evidemment, il existe plein d’autres applis de time lapse probablement tout aussi efficaces. Libre à vous de les tester et de revenir me dire ce que vous en pensez en commentaire. 😉

Mais… il y a un « mais ». Il nous reste encore un problème à résoudre.

Un « Hic », comment ça ?

Récapitulons. Nous avons résolu le problème de la lenteur de déplacement du blob en utilisant la technique du time lapse qui, peu gourmande en espace de stockage, est particulièrement adaptée à notre projet et nous permet dans un même temps de vaquer à nos occupations pendant que le film s’enregistre de lui même. Mais il nous reste toujours un problème:

L’aversion du blob pour la lumière !

Vous vous retrouvez face à un dilemme: éclairer votre scène mais tuer rapidement votre acteur principal (ballot), ou bien laisser votre artiste à sa chère pénombre et accepter que votre vidéo soit rangée dans la catégorie « art conceptuel ».

En fait, le problème n’est pas aussi binaire qu’il n’y parait. Vous commencez peut-être à comprendre où j’en viens… il va falloir faire un compromis : filmer en semi-obscurité.

Assez de luminosité pour obtenir une image exploitable, mais pas trop non plus parce que « God save the blob ». Personnellement, je film mon blob sur les étagères d’une armoire dont j’entrouvre les portes. (si vous n’avez pas encore lu l’article sur l’aménagement d’un studio photo pour blob, allez y jeter un œil).

Là aussi les images filmées en page d’accueil du site ont toutes été tournée avec cette technique. Il faudra néanmoins admettre que le résultat pourra varier en fonction de la sensibilité de votre téléphone à la lumière et de votre habilité à filmer des plans de qualité.

A propos des plans de qualité, nous voilà enfin arrivés au moment où je vais vous révéler le petit bonus qui permet de faire des images épatantes.

Filmer son blob de près : la lentille Macro

La botte secrète pour des images qui donnent cette sensation d’immersion dans un monde parallèle, « au plus près », c’est la lentille Macro pour téléphone.

Dans mon cas j’ai testé les lentilles Apexel, qui proposent pour un prix très raisonnable (environ 10 euros) un kit de 2 lentilles de qualités, l’une au grossissement x 12 et l’autre x 24.

Au départ je ne pensais utiliser quasiment que la x 24. Mais en pratique, il s’avère que j’utilise finalement autant l’une que l’autre, chacune permettant de filmer des phénomènes différents.

Avec ces lentilles vous allez donc pouvoir accéder à 3 niveaux d’observation

 

1 – La vue d’ensemble (grand angle)

Cette vue vous permet de couvrir l’intégralité des activités dans la boite de pétri. C’est la solution la plus appropriée pour filmer les expériences incluant des déplacements et des choix de la part du blob. (gif laby) Pour ce plan, aucune lentille n’est nécessaire, seulement l’objectif de votre téléphone.

 

2 – La sélection d’un sous-ensemble (angle intermédiaire)

Vous permet de cibler une action plus précise, comme l’élancement d’un nouveaux bras exploratoire ou la fusion de deux blobs, tout en gardant une vue panoramique. lentille x 12

3 – Le plan intimiste (angle rapproché)

Ce dernier plan vous permet une observation précise de petits détails comme la formations des « têtes » du blobs, ou encore la création des spores.

Et Voilà !

Grâce à l’acquisition de vos toutes nouvelles compétences techniques, vous êtes maintenant paré pour tourner vos premiers documentaires de blobs ! N’oubliez pas d’y ajouter un soupçon de fibre artistique 😉 .

Une surprise à chaque prise !

Lancez-vous, amusez-vous,

La technique du time lapse à pour particularité de ne révéler son résultat final qu’à la toute fin de l’enregistrement. Lorsque vous avez enfin enregistré toutes les images, le film se joue et le monde inerte devient vivant. Chaque prise offre son lot de suspens et de découvertes surprenantes.

Essayez, c’est magique ! 😉

Le blob vous veut !

Faites grossir ses réseaux et laissez-vous conquérir par un univers scientastique !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bien joué, vous avez découvert...

La Bible du Blob !

D'ici quelques secondes, vous allez pouvoir ouvrir ce précieux grimoire et découvrir comment apprivoiser un blob. Vous recevez aussi, à l'occasion, de petites histoires croustillantes sur le Blob avec la Gazette.

Vous allez adorer ce que vous allez y dénicher...


Pour le recevoir gratuitement, entrez votre adresse mail principale juste en dessous :

Génial ! Allez voir vos mails maintenant ! Il se pourrait qu'une surprise vous y attende… IMPORTANT: pensez à vérifier dans "promotions et spams"

Bien joué, vous avez découvert...

La Bible du Blob !

D'ici quelques secondes, vous allez pouvoir ouvrir ce précieux grimoire et découvrir comment apprivoiser un blob. Vous recevez aussi, à l'occasion, de petites histoires croustillantes sur le Blob avec la Gazette.

Vous allez adorer ce que vous allez y dénicher...


Pour le recevoir gratuitement, entrez votre adresse mail principale juste en dessous :

Génial ! Allez voir vos mails maintenant ! Il se pourrait qu'une surprise vous y attende… IMPORTANT: pensez à vérifier dans "promotions et spams"